Lonnè épi respé ba Misié Stéphen LAVIOLETTE

1936 - 2015

Sé épi anpil lapenn nou aprann lanmò dé gran ansien adan danmyé-a, Misié Stéphen LAVIOLETTE (agoch) épi Misié Georges ORANGER (adwet) , ti non’y sété Yéyé. Sé dé gran ansien tala travay anpil pou défann danmyé-a épi pou ba’y balan Matinik.
Yo woulé ba danmyé adan sé lawonn danmyé tradision-an, adan lékol danmyé l’AM4 dépi 1983, adan sosoété Danmyé Matinik dépi 2001 jis 2003.

La veillée de Stéphen LAVIOLETTE aura lieu ce lundi 27 juillet au salon de recueillement Petite Grenade, entrée Bornil, au Vauclin de 18h00 à 22h00, l’inhumation mardi 28 juillet  à 16h au Vauclin. La veillée de Georges ORANGER aura lieu ce lundi 27 juillet à la Morgue de l'hopital du Saint-Esprit de 18h00 à 21h00, l’inhumation  mardi 28 juillet à 15h30 au Saint-Esprit.

 

En hommage à Stephen LAVIOLETTE

 

            Stéphen LAVIOLETTE (Misié LAVIOLET, Pè LAVIO), gran ansien du danmyé, est décédé jeudi 23 juillet 2015 dans l’après-midi, à l’âge de  79 ans.

Originaire du quartier Grand Macabou, au Vauclin, il a demeuré et travaillé longtemps à Fort-de-France, au quartier Chateauboeuf. Il a exercé les métiers de travailleur agricole, éleveur et boucher.

 

            Danmyétè passionné,il a pratiqué un combat complet utilisant kout pié, kout tjok et lité, avec toutefois une préférence marquée pour lité-a (et aussi kout tjok). Il a pratiqué également les deux expressions du danmyé répandues dans la tradition : goumen danmyé (coups percutés) et danmyé anmizé (coups montrés ou touchés mais non percutés). Il était devenu un Met danmyé et reconnu comme tel.

 

            A partir de 1982-1983, et tant que sa santé le lui a permis, il a soutenu et participé activement au mouvement de réorganisation du danmyé impulsé par Lékol danmyé AM4 qui regroupe, à l’époque, la plus grande partie des danmyétè actifs :

- il est présent régulièrement aux entraînements de lékol danmyé AM4 à Bòkannal dont il a été, pendant plusieurs années, un des principaux animateurs.

- il est présent à presque toutes les manifestations de diffusion du danmyé (Bò lawotonn, sanmdi gloriya, konvwa en Guadeloupe en 1987, différents konvwa en Martinique, plusieurs Nuits des arts martiaux…)

- il participe avec enthousiasme, aux côtés d’autres anciens, à la réflexion qui est développée pour l’unification des codes et forces du danmyé (lors du séminaire des danmyétè organisé par l’AM4 en juillet 1996, lors du forum sur la réorganisation du danmyé d’avril 2001) et c’est tout naturellement qu’il participe à la création de la SDM (Sosiété Danmyé Matinik) le 28 octobre 2001.

- Il participe aussi, de 1984 à 1991, aux côtés de nombre de musiciens et combattants émérites, aux démonstrations et tournois danmyé organisés par Victor JACQUOT dans plusieurs communes de l’île (Gros-Morne, Lamentin, Trois-Ilets, Morne Rouge…)

 

            Et puis, ce qui est moins connu, Stéphen LAVIOLETTE  a eu l’occasion d’aider à  mieux comprendre la différence entre kadans tibwa konba anmizé et kadans tibwa konba sérié. Il a enseigné aussi  certains principes du jeu du tanbou dé bonda qu’il savait jouer. De même, de part son métier, il avait la possibilité d’avoir des peaux de cabris et de moutons qu’il offrait à des tanbouyé.

 

            Stéphen LAVIOLETTE était un homme au franc-parler, rude comme la vie dans laquelle il avait grandi, ce qui se reflétait dans la manière dont il menait les entraînements. « Fok pran kou pou aprann pa pran kou » lui apparaissait comme un des principes nécessaire à la lutte contre la folklorisation du ladja. Gros travailleur, il était attaché aux valeurs d’effort, de persévérance, de courage. C’était aussi un bon vivant, un homme qui appréciait les relations humaines et  toutes les bonnes choses que la vie pouvait offrir.

 

            Empêché par la maladie depuis plusieurs années, Misié LAVIOLET continuait à défendre le danmyé et à dispenser des conseils à tous les danmyétè qui lui rendaient visite.

Sa passion, ses convictions, son sens de l’action nous manqueront. Mais sa contribution est une tras qui continuera, à n’en pas douter, à nourrir efficacement le mouvement de réorganisation du danmyé.

 

            Lonnè épi respé ba Pè LAVIO !

 

 

                                                                       Le 23 juillet 2015

                                                               Comité Directeur de l’AM4