MOUN NOU

Lonnè-respé 

Lundi 18 décembre, nous avons appris avec une très grande tristesse le décès de Ti Raoul GRIVALLIERS, à l’âge de 83 ans.

 

            Pierre Raoul GRIVALLIERS, surnommé Ti Raoul, est né à Pérou dans une famille pilier de la tradition samaritaine du Danmyé-kalennda-bèlè. Ouvrier agricole, il devient après les années d’immigration en France, cultivateur. Il fait vivre le Danmyé-kalennda-bèlè dans les swaré bèlè, les randévou danmyé, et les prestations de plusieurs groupes successifs qu’il crée et dirige. 

 

            Ti Raoul a fait connaître à plusieurs générations de la communauté Danmyé-kalennda-bèlè nombre des compositions de ses illustres prédécesseurs, Clémence BONIFACE et Stéphane CEBAREC dit Blancha. Il laisse aussi un grand nombre de compositions qui lui sont propres, et un style vocal qui a inspiré et inspire les chanteurs des générations suivantes. Il laisse aussi des compositions qui traduisent fortement la montée de la conscience identitaire en Martinique. Elles ont joué et jouent un grand rôle dans l'affirmation de notre personnalité et de notre dignité : 22 Mé nou kriyé woulo, Nou détounen Lèpen, Woulo ba nou kréyol-la...

 

            Ti Raoul avait un caractère particulier qui, parfois, pouvait compliquer les relations. Nous mêmes, comme d'autres, avons connu des moments de tension avec lui, suite à des désaccords de fond, de méthode et d'attitude. Cependant, tout le monde s'incline, avec respect, devant l'immense talent de Ti Raoul. L'AM4 a beaucoup appris de lui, non seulement dans le domaine du chant, mais aussi dans tout ce qui a trait à la culture Danmyé-kalennda-bèlè. Nous lui en sommes profondément  reconnaissants.

Le talent de Ti Raoul se nourrissait du timbre de sa voix, de son enracinement dans le genre Danmyé-kalennda-bèlè, de sa grande capacité à composer, de sa maîtrise de la langue créole, de sa force d'interprétation, de sa présence continue dans les rassemblements du monde bèlè et danmyé, de son exigence de qualité (« Bèlè sé mizik », « Bèlè sé lod »). Il se nourrissait aussi d'un mode de vie axé sur le lien à la terre, sur le bwè-manjé péyi-a, et sur certains principes de Lespri péyi dèyè a (l'esprit du pays profond) très présent dans les arts et dans le monde Danmyé-kalennda-bèlè.

 

            Toutes les associations et personnalités regroupées dans la Coordination Lawonn bèlè lui ont rendu un hommage mérité, en juillet 2010, au Centre culturel Jean-Marie Serreau. Et toute la communauté Danmyé-kalennda-bèlè se réjouissait de ses apparitions, devenues ponctuelles ces dernières années, dans certaines swaré bèlè.

 

                        Nous perdons une grande voix, une Tras essentielle, une force. A nous de nous inspirer de son œuvre pour prolonger la Tras et gagner en force de vie.

 

                        Lonnè-respé ba’w, Ti Raoul !

                        Mèsi !

 

20/12/2017

Le comité directeur de l'AM4

Raoul GRIVALLIERS (dit aussi Ti Ayoul)

 

Pierre Raoul GRIVALLIERS wè jou lè 3 out 1934 an kartié Pérou, an komin Setmari. Sé li ki pli gran adan sé onz yich-la Esther épi Calixte GRIVALLIERS mété asou latè. Yo tou lé dé té ka travay dan lakiltiv. Ti Raoul té oblijé kité lékol bonnè-bonnè pou alé travay nan tibann. Lè i vini gran, i fè ouvriyé agrikol. I fè tout kalté travay nan kann. Apré yonn-dé lanné dan limigrasion an Frans, i ka viré Matinik. I ka fè kiltivatè, kilédi pou i viv i ka planté épi i ka rékolté li-menm dives lédjim. I viv ventjuit lanné an kartié « Chertine», Sentmari, an mitan lakanpann-lan. La, i té ka pran anpil plézi, ek sa té ka ba’y fos pou konpozé. Apré sa, i viv kat lanné Trinité. Aprézan, i ka viv an bouk Sentmari. Ti Raoul mété twa yich asou latè.

            Bonnè-bonnè, i té asou jounou matant-li, Clémence Boniface CEBAREC, Ti Raoul ka touvé kòy adan swaré bèlè. I ka kouté, i ka opsèvé, i ka aprann. I la, toupré désèten gran makandal tan-tala, kontel Esther GRIVALLIERS, Clémence SEBAREC, Stéphane SEBAREC, GALFETE, Jean ANNETTE ... Kilti bèlè a ka rantré fon, fon, fon andidan’y. An koumansman lézanné swasant, Ti Raoul ka pati an Frans épi gwoup folflorik misié Raoul PROSPA. A lafen tounen-an, i ka pran désizion rété an Frans. Kom métié, i ka fè lapenti. Pandan tan-tala, i pa ka fè bèlè.

Men Matinik, manman’y, Man Estè, ka mandé wè yich-li. Apré douz lanné i fè an Frans, Ti Raoul ka viré Sentmari, kartié Pérou. I ka konstaté, aprézan ni gwoup bèlè. I pa té konnet sa. Ében, i key kréyé gwoup-li. Prèmié-a, sé « Kaspasa », épi apré, an lot yo ka kriyé "Ti Raoul et son groupe".

Sa ka fet toupandan swaré bèlè ka rantré an révivans, é la, Ti Raoul ka ni an gran siksè. I bò dot Gran ansien, kontel Ti Emile CASERUS, Carmélite RASTOCLE, Ciméline RANGON, Félix CASERUS … I fò, ek fos-li ka kité an gwo mak adan sé swaré bèlè a. Kon tout lé Gran ansien-an, i ka fè opsèvasion’y lè an kavalié ka fè an fot, ouben lè bwatè-a ouben tanbouyé-a pa an zafè-yo. Moun danmyé tou ka aprésié Ti Raoul pas, lè i ka chanté danmyé, i ni an fos konba i ka rivé dégajé.

Pou fè moun konnet danmyé épi bèlè, Ti Raoul vwayajé nan pliziè péyi andéwo, kontel Lafrans, Marok, Lespagn, Lézétazini, Gwadloup, Kiba. I réjistré kat diks : « Le groupe du Morne des Esses avec Ti Raoul Grivalliers » nan lézanné 70, « Larivyè léza » an 1988 épi APAL production, « Mi bèlè-a »  (épi Roland BRIVAL an 1996) « Misyé bèlè » (an 2004, sé li ki té pwodiktè). I réjistré tou épi KALI (Bèlè boum bap) ek épi Dédé SAINT-PRIX. Ou ka sa kouté’y tou anlè réjistréman Alan LOMAX fè an 1962 (I ni an parti adan, yo mété anlè an CD). Apré dènié diks-li, la SACEM ba’y an pri an lonnè sa i pòté a.

Pou anlo moun, Ti Raoul, sé an boug ki té ni an karaktè difisil. Yo pa toujou konprann li. Men tout moun ka rikonnet Ti Raoul sété an moun pawol-li té fran, i té lé sa i ka fè a sòti wo nivo, épi … douvan-douvan, ni belté vwa’y, fos chantè’y, fos-li tou pou mennen an swaré bèlè ouben an randévou danmyé.

 

« Bèlè sé mizik »  /  « Bèlè sé lod »

 

                                                     Juiyé 2010 - Komité lézalié de COORDINATION LAWONN BÈLÈ

                                                                         

(Dapré an teks Daniel VALLEJO, moun  lasosiasion KANNIGWÉ en 2009)

 

 

Pierre Paul Raoul GRIVALLIERS pati kité nou oswè lendi 18 désanm 2017. Nou ped an Gran ansien, an potomitan kilti bèlè a, an potomitan kilti Matinik. Épi lonnè, épi respé, nou ka viré pibliyé omaj-la nou té matjé ba’y an 2010. Dépi dat-tala, moun bèlè épi danmyé trapé chans tann li chanté ankò adan sèten swaré (ta Félix CASERUS, ta lasosiasion KANNIGWÉ). É chak fwa-a, i brennen kò-nou épi lespri-nou, i plen tjè-nou.

            Ti Raoul, bon vwayaj !

            Mèsi pou fos-la !

 

                                                     Désanm 2017 - Komité lézalié de COORDINATION LAWONN BÈLÈ

 

Lonnè, Respé ba Ti Raoul Grivalliers...

 

C'est avec une grande tristesse que le monde Danmyé a appris le décès de Ti Raoul Grivalliers.

Nous saluons avec beaucoup de respect ce Potomitan de la Culture Danmyé.

Ti Raoul a été incontestablement une des plus grandes voix du danmyé, appréciée de tous les danmyétè de Martinique. Il a su, par sa puissance guerrière, transcender la diversité des styles. 

Avec ses interprétations de l'héritage laissé par les générations précédentes, ses propres compositions, ses enregistrements, sa présence active dans les rendez-vous Danmyé/Bèlè, ses exigences sur la qualité, il a oeuvré, sa vie durant pour la protection et le développement de notre Jes Djérié, le Danmyé/Ladja.

 

Qu'il soit profondément remercié pour cette contribution historique !

 

Pou Moun Danmyé Matinik

 

Luc Rucort

 

Lonnè épi respé ba Christiane BAFFIN

 

                               Sanmdi bonmaten, Christiane BAFFIN pati kité nou. I té ni 67tan. Sa soukwé nou tout pas nou té enmen’y, épi nou pa té ka atann kò-nou. Nou tout santi nou ped an gwo fos.

 

            Krisiàn té dansez, an danm bèlè ki fè an bon chimen adan konésans bèlè-a. Bèlè-a ba’y balan ek i woulé anpil pou ba bèlè-a bon balan an péyi-a, dépi lézanné 80. Sé di la Coordination Lawonn bèlè té enskri’y Moun a lonnè  anlè lis sé djoubatè-a. AM4 tou té pòté lonnè épi respé ba’y adan an « Sérémoni Rimet mouchwè ba moun a lonnè » ki fet an 2013.

            Krisiàn pòté anchay fos ba AM4. Krisiàn travay an moman tou épi lasosiasion LAO.

I ba konvwa LAM4 fos. Kilédi i té la, nan dives komin épi dives lokazion pou fè moun dékouvè épi aprésié dansé bèlè Matinik.

I ba twoup-la fos. I fè tout sé espektak-la AM4 prézanté nan lézanné 90 (Explorations, Nonm ek fanm, Tjenbé red). Épi i fè dé espektak (Tras-la, Kò an manniman) anpami sé kat-la ki fet nan lézanné 2000.

Épi Krisiàn té animatris. I té ka rédé moun rantré an bèlè, aprann dansé’y, chèché épi respekté lespri’y. I djoubaké anpil pou fè moun enmen bèlè. Tou lé sanmdi, dépi tibren lanné, sé li té ka mennen lantrènman latilié bèlè lékol Fodfwans AM4. Lè té ni Jounen sé lékol-la, i té la tou pou montré moun. Épi i té ka ankourajé échanj ant sé lékol-la. Manmay lékol Franswa ka sonjé manniè i té ka ba sé échanj-tala bon fos, lè i té la épi latilié Fodfwans-lan.

            Krisiàn té enmen dansé. I té enmen tout dansé bèlè, mé tjè’y té ka bat plis pou gran bèlè an mod linò, bèlè an mod lisid, épi dansé lalin klè. I té enmen chanté tou. I té adan latilié lavwa lékol mizik AM4, ek i té toujou prézan.

Krisiàn té ka travay tout sistem bèlè a. Kidonk, i té véyatif pou lianné bèlè-a épi manniè ou ka viv, manniè ou ka manjé, manniè ou ka pran swen di kò’w ; pou lianné bèlè-a épi listwè Matinik, épi lanng kréyol la tou ; pou lianné bèlè-a épi lespri natal li, kidonk lespri rézistans-lan (anni sonjé’y an lari-a an 2009), épi lespri yonn a lot, yonn épi lot. Kontel, métié’y, sé té endé moun djoubaké anlè lanng fransé épi panniol. Men, menm lè i pa té o travay, sa té ka rivé i endé moun anlè sa, espésialman moun andéwò ki té ka viv Matinik.

            Kon nou tout ki la, Krisiàn té ni listwè’y, épi i té ni manniè’y.

I té donan, i té ka ba anlo. É, an menm tan, sé té an moun sèkré, ki pa té ka mélanjé an zafè moun é ki pa té ka mélanjé moun an zafè’y. Nou ka sonjé an moun jantiy, an moun persévéran, épi anpil volonté, an moun dous men épi kont tjè’y.

 

                        Nou ka di Krisiàn bon vwéyaj épi Mèsi anpil !

                        Lonnè-respé anlè’y pou léternité !

 

Matinik, 9 septanm 2017

 Komité direktè LAM4

 

Sé épi anpil lapenn nou aprann lanmò dé gran ansien adan danmyé-a, Misié Stéphen LAVIOLETTE (agoch) épi Misié Georges ORANGER (adwet) , ti non’y sété Yéyé. Sé dé gran ansien tala travay anpil pou défann danmyé-a épi pou ba’y balan Matinik.
Yo woulé ba danmyé adan sé lawonn danmyé tradision-an, adan lékol danmyé l’AM4 dépi 1983, adan sosoété Danmyé Matinik dépi 2001 jis 2003.

La veillée de Stéphen LAVIOLETTE aura lieu ce lundi 27 juillet au salon de recueillement Petite Grenade, entrée Bornil, au Vauclin de 18h00 à 22h00, l’inhumation mardi 28 juillet  à 16h au Vauclin. La veillée de Georges ORANGER aura lieu ce lundi 27 juillet à la Morgue de l'hopital du Saint-Esprit de 18h00 à 21h00, l’inhumation  mardi 28 juillet à 15h30 au Saint-Esprit.

 

En hommage à Stephen LAVIOLETTE

 

            Stéphen LAVIOLETTE (Misié LAVIOLET, Pè LAVIO), gran ansien du danmyé, est décédé jeudi 23 juillet 2015 dans l’après-midi, à l’âge de  79 ans.

Originaire du quartier Grand Macabou, au Vauclin, il a demeuré et travaillé longtemps à Fort-de-France, au quartier Chateauboeuf. Il a exercé les métiers de travailleur agricole, éleveur et boucher.

 

            Danmyétè passionné,il a pratiqué un combat complet utilisant kout pié, kout tjok et lité, avec toutefois une préférence marquée pour lité-a (et aussi kout tjok). Il a pratiqué également les deux expressions du danmyé répandues dans la tradition : goumen danmyé (coups percutés) et danmyé anmizé (coups montrés ou touchés mais non percutés). Il était devenu un Met danmyé et reconnu comme tel.

 

            A partir de 1982-1983, et tant que sa santé le lui a permis, il a soutenu et participé activement au mouvement de réorganisation du danmyé impulsé par Lékol danmyé AM4 qui regroupe, à l’époque, la plus grande partie des danmyétè actifs :

- il est présent régulièrement aux entraînements de lékol danmyé AM4 à Bòkannal dont il a été, pendant plusieurs années, un des principaux animateurs.

- il est présent à presque toutes les manifestations de diffusion du danmyé (Bò lawotonn, sanmdi gloriya, konvwa en Guadeloupe en 1987, différents konvwa en Martinique, plusieurs Nuits des arts martiaux…)

- il participe avec enthousiasme, aux côtés d’autres anciens, à la réflexion qui est développée pour l’unification des codes et forces du danmyé (lors du séminaire des danmyétè organisé par l’AM4 en juillet 1996, lors du forum sur la réorganisation du danmyé d’avril 2001) et c’est tout naturellement qu’il participe à la création de la SDM (Sosiété Danmyé Matinik) le 28 octobre 2001.

- Il participe aussi, de 1984 à 1991, aux côtés de nombre de musiciens et combattants émérites, aux démonstrations et tournois danmyé organisés par Victor JACQUOT dans plusieurs communes de l’île (Gros-Morne, Lamentin, Trois-Ilets, Morne Rouge…)

 

            Et puis, ce qui est moins connu, Stéphen LAVIOLETTE  a eu l’occasion d’aider à  mieux comprendre la différence entre kadans tibwa konba anmizé et kadans tibwa konba sérié. Il a enseigné aussi  certains principes du jeu du tanbou dé bonda qu’il savait jouer. De même, de part son métier, il avait la possibilité d’avoir des peaux de cabris et de moutons qu’il offrait à des tanbouyé.

 

            Stéphen LAVIOLETTE était un homme au franc-parler, rude comme la vie dans laquelle il avait grandi, ce qui se reflétait dans la manière dont il menait les entraînements. « Fok pran kou pou aprann pa pran kou » lui apparaissait comme un des principes nécessaire à la lutte contre la folklorisation du ladja. Gros travailleur, il était attaché aux valeurs d’effort, de persévérance, de courage. C’était aussi un bon vivant, un homme qui appréciait les relations humaines et  toutes les bonnes choses que la vie pouvait offrir.

 

            Empêché par la maladie depuis plusieurs années, Misié LAVIOLET continuait à défendre le danmyé et à dispenser des conseils à tous les danmyétè qui lui rendaient visite.

Sa passion, ses convictions, son sens de l’action nous manqueront. Mais sa contribution est une tras qui continuera, à n’en pas douter, à nourrir efficacement le mouvement de réorganisation du danmyé.

 

            Lonnè épi respé ba Pè LAVIO !

 

 

                                                                       Le 23 juillet 2015

                                                               Comité Directeur de l’AM4

 

En hommage à Georges ORANGER dit Yéyé

 

            Georges Simon ORANGER dit Yéyé, gran ansien du danmyé, est décédé samedi 25 juillet 2015 à 11h30 à l’hôpital du Saint-Esprit à l’âge de 87 ans.

Né le 3 novembre 1928 au Saint Esprit, il a vécu pendant 14 ans, jusqu’au décès de sa mère, au quartier Morne Lavaleur, et une bonne partie de sa vie au Lamentin. Il a exercé différents métiers liés au travail de la canne à sucre, puis celui de gardien de nuit.

Passionné de cyclisme, il a été membre de l’Etoile cycliste lamentinoise durant plus de vingt ans. Il a aimé  également la vie des Pit qu’il a fréquentés assidument. 

 

            Georges ORANGER avait un grand amour du danmyé et il était un Met danmyé.

Il a pratiqué un combat complet, utilisant la plupart des armes qu’offre le danmyé (kou épi lanmen, kou épi pié, lité), et pratiquant, selon les circonstances, les deux possibilités d’expression du danmyé qui existent dans la tradition : le goumen danmyé (coups percutés) et le danmyé kou rédui ou anmizé (coups montrés ou touchés mais non percutés).

Initié au chant danmyé par son père, Charlemagne FRANCOIS, élève aussi d’ANDREA (compositeur, chanteur et tanbouyé le plus célèbre de la région Sud), il a été, avec Simon HAUSTAN, et après ANDREA, une des grandes voix du danmyé de cette région. Le timbre particulier de sa voix, son style « colère froide » (dans an lavwa machonnen parfois), sa grande maîtrise des fondamentaux et son sens de la répartie en langue martiniquaise lié à ses talents de kontè/pawolié (et qui lui permettaient de pratiquer largement l’improvisation), ont fait qu’il a été recherché et apprécié dans toutes les grandes rencontres de danmyé de la région Sud. Il a eu également l’occasion de chanter du bèlè. Sa voix, son style de chant et certaines de ses compositions ont été enregistrés sur les volumes 2, 3 et 5 de la collection « Chants et musique négro-martiniquais » produits par l’AM4.

 

            A partir de 1982-1983, et tant que sa santé le lui a permis, Georges ORANGER a soutenu et participé activement, aux côtés d’autres anciens, au mouvement de réorganisation du danmyé impulsé par Lékol danmyé AM4 qui regroupe, à l’époque, la plus grande partie des danmyétè actifs :

- il est présent régulièrement aux entraînements de lékol danmyé AM4 à Bòkannal durant lesquels il chante, fait des démonstrations et donne de précieux conseils

- il est présent à presque toutes les manifestations de diffusion du danmyé (Bò lawotonn, sanmdi gloriya, konvwa en Guadeloupe en 1987 et à La Réunion en 1999, différents konvwa en Martinique, plusieurs Nuits des arts martiaux…)

- il participe avec enthousiasme, aux côtés d’autres anciens, à la réflexion qui est développée pour l’unification des codes et forces du danmyé (lors du séminaire des danmyétè organisé par l’AM4 en juillet 1996,  lors du forum sur la réorganisation du danmyé d’avril 2001) et c’est tout naturellement qu’il participe à la création de la SDM (Sosiété Danmyé Matinik) le 28 octobre 2001.

- Il participe, de 1984 à 1991, aux côtés de nombre de musiciens et combattants émérites, aux démonstrations et tournois danmyé organisés par Victor JACQUOT dans plusieurs communes de l’île (Gros-Morne, Lamentin, Trois-Ilets, Morne Rouge…)

- Il est, avec Victor JACQUOT,  de 1998 à 2014 (date à laquelle la maladie le prive de sorties extérieures), l’invité d’honneur et le parrain de la manifestation Danmyé Sanmdi gloriya organisée par l’Office de la Culture du Lamentin et Sonia MARC, et durant laquelle il manifeste son grand talent. En 2003, un hommage solennel lui a été d’ailleurs rendu.

 

            Homme élégant et stylé, séduisant, d’une grande sociabilité, il était animé d’un grand courage, le courage physique et aussi celui de ses convictions et de ses décisions (i té ni kont tjè’y). Il avait en horreur la pwofitasion tant dans le danmyé que dans la vie quotidienne et dans la vie sociale (ce qui s’est traduit, entre autres, par son engagement auprès des communistes).

            Depuis plusieurs années, Yéyé, contraint par la maladie, ne pouvait plus mener ses activités. Cependant, il réagissait à la moindre évocation et au chant du danmyé.  

Il nous manquera. Il nous laisse ses chants, son style, ses techniques, ses conseils, sa vision, en un mot sa Tras. A nous de nous en saisir afin de donner un essor décisif au mouvement de réorganisation du danmyé.

 

            Lonnè épi respé ba Yéyé !

 

                                                                              Le 25 juillet 2015

                                                                     Comité Directeur de l’AM4

 

Lonnè-respé ba Misié Vincent CHEVIGNAC

 

                Nous avons appris avec beaucoup de tristesse le décès, dimanche 7 juin 2015, à l’âge de 92 ans, de Vincent Venceslas CHEVIGNAC, kontè et koumandè bèlè de la région samaritaine.

                Vincent CHEVIGNAC est né le 23 novembre 1923 au quartier Bezaudin à Sainte-Marie. Ouvrier agricole et aussi ouvrier à l’usine d’ananas, il  a travaillé longtemps sur l’habitation Limbé. Il était aussi agriculteur et entretenait régulièrement son Jaden. Depuis 1958, il partageait sa vie avec Lucile dite Solor, son épouse.

                Jeune, il a été danseur de bèlè. Mais, très vite, il s’est distingué comme koumandè bèlè, dont il a appris l’art et la fonction auprès de François CASERUS (dit Gwo Viktò), frère de Dulténor CASERUS (dit Koki) et de Madame Saint-Ange, et donc oncle de Ti Emile et de Félix CASERUS.

A ce titre, il a connu et accompagné la plupart des grandes figures de la musique et de la danse bèlè de la région samaritaine. Il était un des maillons appréciés de Lézalié, ce grand réseau informel de solidarité du monde bèlè.

Combattant de danmyé, Il a vu et fréquenté également les majò légendaires de la région.

Il a eu l’occasion d’exercer, une dernière fois, ses talents de koumandè bèlè, pour le plus grand plaisir et l’éducation des nouvelles générations, à l’occasion de l’hommage à Ti Emile organisé par le fils de celui-ci, Jean-Michel, en 2007, au Centre culturel de Fonds Saint Jacques (il officiera pendant les trois entraînements répartis entre le Centre culturel Jean-Marie Serreau de Dillon et la Maison  du bèlè, puis lors de la manifestation proprement dite à Fonds Saint Jacques).                 

                L’autre domaine dans lequel a excellé Vincent CHEVIGNAC, c’est le conte. Il a été de presque toutes les veillées mortuaires de la région, recherché pour ses connaissances, son habileté, ses grands talents de kontè.

                Vincent CHEVIGNAC est parti. Il nous reste de lui des élément de son art à travers des images de ses interventions de 2007, son témoignage dans le livre « La ronde des derniers maîtres du bèlè » écrit par Jean-Marc TERRINE, des notes d’entretiens particuliers avec certains d’entre nous, des souvenirs de tous ceux qui l’ont côtoyé, et surtout l’image d’un être racine, maître dans la pawol du pays,  homme fait à la fois de fermeté et d’amabilité, et animé d’une formidable force de vie.

 

                Bon vwayaj, Misié Vensan !  Mèsi anpil !

 

 

                                                                                                                             Martinique, le 8 juin 2015

                                                                                                                             Coordination Lawonn bèlè

Bon vwéyaj Maryse Burgot

C’est avec  une grande tristesse que nous avons appris le décès, mercredi 14 mai, de Maryse BURGOT à l’âge de 55 ans.

Nous saluons la mémoire d’une membre fondatrice de l’AM4, d’une militante de la première heure, poto-mitan de la création du mouvement des Ecoles et de l’AM4.

L’AM4 résulte de la rencontre entre des militants venus de trois organisations : l’AGEM (Association Générale des Etudiants Martiniquais), LAVWA PITJAN (qui était basée à Bòkannal) et la JEC (Jeunesse Etudiante Chrétienne). Maryse, est venue de la JEC.

Elle a participé à toute la réflexion et à toute l’activité, au début des années 1980, qui ont abouti à la création du mouvement des Ecoles dès 1982 et de l’AM4 en 1986.

Militante enthousiaste et active, elle était appréciée aussi pour sa grande convivialité.

En 1988, du fait de ses problèmes de santé, elle a du quitter la Martinique pour de longues années. En 2002, malgré ces problèmes, elle est revenue dans son pays et a soutenu, dans la mesure que lui permettait son état de santé, le mouvement DKB.

Lors de son AG du 8 mai 2014, l’AM4, avec son accord, l’a élue, à l’unanimité, membre d’honneur de l’association.

Et puis, mercredi 14 mai, Maryse s’en est allée ! Elle nous a surpris et bouleversés !

Nous ressentons et nous ressentirons son absence … Et aussi sa présence !  Nous honorons ce qu’elle a été et ce pourquoi elle s’est battue, et nous continuerons à le faire en poursuivant dans le Larel qu’elle a contribué à tracer.

 

 Maryse, mèsi anpil pou tou sa ou pòté, menm lè ou pa té pé la !

Lonnè épi respé !

 

Comité Directeur de l’AM4

 

 

Menm si nouvèl-la rèd rèd rèd, mé tout mwen menm pé fè yonn-ansanm an menm tan épi tout lafanmiy èk tout lé zanmi é konésans pou vénéré, rimèsyé, pléré épi akité Maryse nou-an.
Twop pawol pa vo, sa ki sav konnèt é tou sa gran pasé nou...gran Ladivinité gran, béliya hé Sa nou anwmé ka kité nou,  mété Tanbou, mété Lakalida pou an gran vwéyajèz, pou an bon' vwéyajèz, Larèn MARYSE BURGO, AN MOUN KI TÉ MOUN POU TOULBON ÉPI PLIS KI SA APRÉ DYÉ...

 

 

Daniel FATNA, membre fondateur et membre d’honneur de l’AM4    

 

En hommage à Jacqueline LUTBERT

 

 

 

                               « Eh oui, Madame LUTBERT s’en va… » : c’est ainsi qu’elle annonce à l’un d’entre nous que la maladie qu’elle affronte depuis des années a définitivement pris le dessus. Et d’ajouter : « je suis prête !». Et de ramasser, avec sérénité, ses dernières forces et son courage pour transformer cette fin de vie terrestre en un formidable hymne à la Vie, en menant à leur terme deux projets qui lui tenaient particulièrement à cœur : l’exposition « jes bèlè, jes lavi » avec Philippe BOURGADE et le spectacle « Danma » avec l’AM4.

 

                               Une grande dame s’en est allée.

Une dame qui a consacré la plus grande partie de sa vie l’éducation et à la danse.

Elle s’est d’abord exprimée en danse contemporaine avec Ronnie AUL et Marie-Hélène NATTES. Une période et des professeurs qu’elle a toujours honorés jusqu’à la fin de sa vie. Un domaine dans lequel elle a d’ailleurs continué à s’exprimer au cours des années 2000 avec le groupe LÉKOLEG KONPANI des professeurs d’EPS.

C’est avec Jean TESOR qu’elle fait ses premiers pas en danse traditionnelle. Mais sa rencontre décisive avec le kalennda-bèlè a lieu au début des années 1990.

Enseignante, professeur d’EPS, elle contribue à la réflexion et au succès des « Universités d’été de l’EPS pour l’introduction des Activités Physiques et Sportives traditionnelles dans l’enseignement de l’Education Physique et Sportive » qui ont eu lieu de 1992 à 1994 successivement en Martinique, Guadeloupe et Guyane. Puis, suite à ces « Universités d’Eté », elle participe, dès 1995, en tant que membre et présidente du jury, à la mise en place et au maintien de l’option « danse traditionnelle » (kalennda-bèlè) au bac. Elle développe également  l’enseignement du kalennda-bèlè dans ses classes de collège.

Elle contribue, de manière significative, à la rédaction de la brochure publiée par l’AM4 en 1992, « Les danses kalennda-bèlè, danses nationales martiniquaises ». Puis, elle travaille à son approfondissement  en participant à la réflexion et à la pratique des animateurs de danse de l’association. Dans le même esprit, elle participe aussi à  la réalisation du tome 2 du livre « Traditions danmyé-kalennda-bèlè de Martinique » paru en 2014.  

A partir de 1992, elle devient la directrice artistique et chorégraphique de la troupe culturelle de l’AM4 qui crée avec elle sept spectacles de recherche scénique : « Explorations » en 1993, « Nonm ek fanm » en 1994, « Tjenbé red » en 1996, puis  « Tras » en 2006, « Kò an manniman » en 2008, « won dan won » en 2011 et « Danma » en 2014. Jacqueline a joué ainsi un rôle déterminant dans le développement de l’expérience d’une expression scénique du danmyé-kalennda-bèlè.

L’Assemblée Générale extraordinaire de l’AM4 du 8 mai 2014 lui a exprimé symboliquement toute sa reconnaissance pour sa contribution au développement de l’AM4 et de la culture martiniquaise en lui attribuant, à l’unanimité, et avec son accord, le statut de membre d’honneur de l’association.

 

                Jacqueline était une femme de conviction et une passionnée.

Elle était animée d’une « force tranquille » communicative, d’une détermination discrète, tenace et souple qui l’aidaient à surmonter tous les obstacles et à « faire avec » les réalités et les forces disponibles.

La rencontre entre Jacqueline et la troupe culturelle AM4, c’est l’histoire d’un amour partagé et tranquille, un de ces amours qui résistent au temps, au-delà des péripéties diverses… et de la grande séparation.

Jacqueline LUTBERT n’est plus, mais nous restons  ensemble, elle et nous, car ce que nous avons partagé continue à vivre et se nourrit de tant de souvenirs, et de cet esprit empreint  de  détermination, de rigueur, de souplesse, de risque aussi et d’innovation auquel Jacqueline nous a habitué et qu’elle nous laisse en héritage.

 

                               Bon voyage, Grande Dame !  Lonnè épi respé !

 

                                                                                Fort-de-France, le 23 juin 2014

                                                                                Le Comité Directeur de l’AM4